History of EAP

History of EAP

CESP History – English
CESP History – French
CESP Documents

CESP 1961-2001 Since the first meeting in Siena (Italy) in 1961, a great number of paediatricians have devoted themselves to the evolution of the quality of care given to European children.
It is impossible to list here all the activities of the national delegates who have succeeded one another for 40 years. These delegates are listed in an annex with their function. A summary of the annual assemblies’ venues and a list of participants are available too. Unfortunately, the records of the meetings and work performed during 1961-1971 have been lost. I understand that in the first years, national delegates focused above all on the various paediatric practises in the 6 countries of the European Economic Community. They then established an inventory of this information and noticed considerable variations from country to country.
From 1972, we have documents showing the national delegates’ concern to improve the quality of care given to European children and therefore to furnish paediatricians with a better training.
  Among the subjects tackled, we have:

  • The paediatrician’s training
  • Continuing Medical Education
  • Relations between paediatricians-general practitioners
  • Relations between paediatricians-other medical specialists
  • Preventive paediatrics
  • School medicine
  • Children in hospital
  • Perinatal care
  • Handicapped child: detection and treatment

  The study of these subjects often ended with the drawing-up of a “motion”, which after having been voted upon, was sent to the UEMS for adoption. Unfortunately, the paediatricians’ proposals were never followed up and the children’s situation was slow to improve in the various European countries.
In the 80s, the working methods of CESP evolved towards more efficiency. Working groups were created, their mission being to publish surveys on certain paediatric topics.
The first stage consisted in agreeing on the definition of a scope of activities and competencies specific to paediatricians in Europe. In 1986, during the Athens meeting, Paediatrics was defined as “Child and Adolescent Medicine”. The specification of a medical specialty linked to the growth and development of the human being was recognized by the UEMS despite objections from other monospecialist sections. From that moment on, Paediatrics came of age and could develop itself like Adult Internal Medicine, with the possibility of recognizing subspecialties, which were also progressively structuring themselves. The creation of the European Board of Paediatrics in 1993 encouraged European paediatric scientific societies to join CESP and favoured the recognition of organ specialties in Paediatrics by the UEMS, but also at the level of the European Union.
Such an evolution of European Paediatrics could not have been possible without the devotion, competence and dynamism of many paediatricians.
It is important to acknowledge the vision of the future of two paediatricians, the French ROHMER and the German FRICK who, following the example of DE GAULLE and ADENAUER, created in 1959 a “European Liaison Committee of Paediatricians”. Representatives from the 6 countries of the European Economic Community quickly joined these pioneers.
W. VAN ZEBEN (NL), founding member, devoted 26 years of his life to the development of this European medical organization which he presided over from 1977 to 1980. In 1979 he decided to bring the number of member countries up to 12, anticipating the EEC’s political enlargement, which became effective only in 1986. For 10 years, he analysed different paediatric practises in Europe and published in 1979 the first “Report on Paediatrics in the EEC”. A member of the Advisory Committee on Medical Training (ACMT), he strove towards the recognition of paediatrics as a specialty in its own right.
J. VAN ESPEN (B) joined the team in 1962 and his dynamism and long European experience brought him to the Presidency from 1964 to 1971. He changed the name to CESP (European Confederation of national syndicates and professional associations of paediatricians), basing himself on the UEMS, founded in 1958 and grouping the EEC’s syndicates of medical specialists. The mission of this group of European paediatricians was to set up the structures allowing a realistic harmonization of the practice of paediatrics in order to facilitate the free movement of paediatricians, allowed for all doctors as from 1977.
He was also Treasurer of the UEMS from 1968 to 1973 and in this capacity, integrated CESP as a UEMS monospecialist Section of Paediatrics.
He also asked other European countries not yet members of the EEC to take part in the work of CESP as “observers”.
This evolution and progress could not have been possible without the continuous work of Belgian collaborators who were successively secretary-general and treasurer. First Dr Chevalier, from 1961, who in 1968 gave up his post to R. PETIT, followed 10 years later by E. DUYCK who died from sheer hard work in 1984.
G. VAN DEN BERGHE (B) joined CESP in 1979 and was president from 1987 to 1988. To him we owe the new name of CESP (Confederation of European Specialists in Paediatrics). It had indeed become absolutely necessary to extend the purely trade-union function of this association and to be able to propose a European model of training for paediatricians. In order to achieve this, it was essential to integrate representatives from national paediatric societies. This is how after several years of work, he drew up the remarkable document “Paediatric Training in the EC”, published in 1990. Besides it is this survey which served as the basis for the setting-up of the “European Board of Paediatrics” under the presidency of L. HARVEY (UK) and for the adoption of the latter’s statutes in Saint Vincent in 1993 under the presidency of M. DE LOURDES LEVY (P).
We owe to H. HELWIG (D) the revision of the former statutes of 1972 and for having the new CESP statutes adopted in 1995 in Interlaken. He also contributed to the evolution of the harmonization of children’s vaccinations, a programme launched in 1984 under the presidency of J.-C. SCHAACK (L).
After the publication of a first brochure in 1987 and an updated version in 1992, J.-C. SCHAACK (L) coordinated the working group, which drew up in 1997 the third version of “Harmonization of children’s and adolescents’ vaccinations in the European Union”. He also encouraged the creation of a CME working group in charge of continuing education in paediatrics.
During these years, with the enlargement of the European Union to 15 countries, with the participation of Austria and Switzerland as member countries, and with the progressive increase in the number of observer countries, the structure of CESP had to be adapted.
It was in 1985, following the sudden death of E. DUYCK (B), that J.-C. SCHAACK (L) became secretary-general. In order to improve the transparency of functions, he asked for the creation of a post of treasurer. From 1984 to 1993, this post was entrusted to G. DE BETHUNE (B), followed by L. DEFLANDRE (B) from 1994 to 1998.
For 15 years, he put all his energy into having CESP recognized as the spokesman of European paediatricians. During these years, he developed contacts with other European paediatric organizations, (UNEPSA, APEE, ESPR, ESSOP, CLUB INT. PED. SOCIALE, SERPA), but mostly with European scientific societies of new paediatric specialties. He encouraged exchanges with European paediatric surgeons and child psychiatrists by inviting them to annual meetings. He took part in numerous national paediatric congresses in order to promote the knowledge of CESP, explain the advantages of the European Board of Paediatrics and improve the vaccinations of European children by harmonizing programmes. He also created the working group on the prevention of accidents with children and in 1996, he coordinated the EURECAAPP survey, conducted by CESP with the help of international experts and financed by the Commission.
R. KURZ (A) joined CESP in 1989. In 1997-1998 he set up, as president, a working group on ethics in paediatrics. He coordinated the work leading to the publication of several articles in the Eur. J. Pediatr., which were quite remarkable.
As from 1993, J. RAMET (B) took an active part in the work of CESP. Thanks to his competence and dynamism, he became in that same year the president of the European Board of Paediatrics and progressively integrated the various groups of paediatricians responsible for primary, secondary and tertiary care. Thanks to his organization skills and his ability to bring together the various groups, he successfully integrated child organ disciplines into the structure of CESP and had paediatric specialties recognized by the UEMS by creating subsections within CESP. In 1999, he gave up his post to become secretary-general. He contributed to the further development of relations with the American Academy of Pediatrics and was in charge of promoting the AAP Prep Programme in Europe.
In 40 years, CESP has become a big European medical organization but has still much progress to make in order to be able to function like the American Academy of Paediatrics, i.e. in order to become the spokesman and advocate of children in the European Union.
In order to bring itself up to this level and be able to bear one day the name of “European Academy of Paediatrics”, it needs to have the financial means adapted to its main missions, which are the training of paediatricians, the excellence of care and the improvement of the quality of life of children and adolescents in Europe.
CESP 1961–2001 Depuis la première réunion à Sienne (I) en 1961, un grand nombre de pédiatres se sont dévoués pour contribuer à faire évoluer la qualité des soins dispensés aux enfants européens.
Il n’est pas possible de relever ici l’activité de tous les délégués nationaux qui se sont succédé durant 40 années et dont vous trouverez en annexe la liste avec les fonctions que certains ont assumées durant leur mandat. Vous pourrez également consulter un récapitulatif des lieux des assemblées annuelles avec les noms des participants.
Malheureusement les archives des réunions et des travaux des années 1961-1971 ont été perdues. Je crois savoir que durant les premières années, les délégués nationaux se sont avant tout penchés sur les différentes pratiques de la pédiatrie dans les 6 pays de la Communauté Economique Européenne de l’époque. Ils ont établi un état des lieux et constaté des variations considérables d’un pays à l’autre.
À partir de 1972, nous disposons de documents témoignant du souci des délégués nationaux d’améliorer la qualité des soins prodigués aux enfants européens et de donner aux pédiatres une meilleure formation pour y parvenir.
Parmi les sujets abordés, nous relevons :

  • La formation du pédiatre
  • La formation médicale continue
  • Les relations pédiatres-médecins généralistes
  • Les relations pédiatres- autres médecins spécialistes
  • La pédiatrie préventive<
  • La médecine scolaire
  • Les enfants à l’hôpital
  • Les soins périnataux
  • L’enfant handicapé : dépistage et soins

L’étude de ces sujets se terminait le plus souvent par la rédaction d’une « Motion », qui après un vote, était envoyée à l’UEMS qui en prenait acte. Malheureusement aucune suite n’était donnée aux propositions des pédiatres et la situation médicale des enfants tardait à s’améliorer dans les différents pays Européens concernés.
Durant les années 80, les méthodes de travail de la CESP évoluèrent vers une recherche d’efficacité. Des groupes de travail furent institués avec pour mission de publier des études sur certains sujets de la pédiatrie.
La première étape consista à se mettre d’accord pour définir le cadre des activités et des compétences spécifiques des pédiatres en Europe. En 1986, lors de la réunion d’Athènes, la Pédiatrie fut définie comme “ La Médecine de l’Enfant et de l’Adolescent”. La spécificité d’une spécialité médicale liée à la croissance et au développement de l’être humain fut reconnue par l’UEMS malgré les objections d’autres sections mono- spécialisées. À partir de ce moment, la Pédiatrie était devenue majeure et pouvait se développer au même titre que la Médecine Interne de l’Adulte avec la possibilité de la reconnaissance des sub-spécialités qui se structuraient progressivement. La création du Board Européen de Pédiatrie en 1993 encouragea les sociétés scientifiques pédiatriques Européennes à rejoindre la CESP et favorisa la reconnaissance des spécialités d’organes en Pédiatrie par l’UEMS, mais aussi au niveau de l’Union Européenne.
Une telle évolution de la Pédiatrie Européenne n’a été possible que grâce au dévouement, à la compétence et au dynamisme de nombreux pédiatres.
Il importe avant tout de reconnaître la vision d’avenir de deux pédiatres, le Français ROHMER et l’Allemand FRICK, qui, à l’image de DE GAULLE et d’ADENAUER, eurent l’idée de créer dès 1959 ce “ Comité Européen de Liaison des Pédiatres”.
Rapidement des représentants des 6 pays de la Communauté Economique Européenne complétèrent l’équipe de pionniers.
W. VAN ZEBEN (NL) membre fondateur consacra 26 ans de sa vie au développement de cette organisation médicale européenne qu’il présida de 1977 à 1980. C’est ainsi qu’en 1979 il décida de porter à 12 le nombre des pays membres anticipant l’élargissement politique de la CEE devenue effective seulement en 1986. Durant 10 ans, il travailla à analyser les différentes pratiques pédiatriques en Europe et publia en 1979 le premier rapport consacré à la pédiatrie dans la CEE : « Report on Paediatrics in the EEC». Membre du Comité Consultatif pour la Formation des Médecins (ACMT), il œuvra pour faire reconnaître la Pédiatrie comme une spécialité à part entière.
J. VAN ESPEN (B) rejoignit dès 1962 l’équipe et rapidement son dynamisme et sa grande expérience européenne le portèrent à la présidence qu’il assura durant une période prolongée de 1964 à 1971. C’est sur son initiative et en prenant comme modèle l’UEMS fondée en 1958 et regroupant les syndicats des médecins spécialistes de la CEE qu’il donna le nom CESP (Confédération Européenne des Syndicats nationaux et associations professionnelles de Pédiatres). La mission de ce groupe de pédiatres européens consistait à mettre en place les structures permettant une harmonisation réaliste de l’exercice de la pédiatrie de manière à faciliter la libre circulation des pédiatres, alors qu’elle était prévue dès 1977 pour tous les médecins. Il fut également le trésorier de l’UEMS de 1968 à 1973 et profita de cette fonction pour intégrer la CESP comme section mono-spécialisée de Pédiatrie de l’UEMS. C’est aussi lui qui invita les autres pays européens non encore membres de la CEE à participer comme “ Observateurs ” aux travaux de la CESP.
Toute cette évolution et ces progrès n’ont été possibles que grâce au travail continu de collaborateurs belges qui assurèrent successivement la fonction de secrétaire général et de trésorier. D’abord V. CHEVALIER, dès 1961, qui céda son poste à R.PETIT en 1968, puis 10 ans plus tard à E. DUYCK qui mourut à la tâche en 1984.
G. VAN DEN BERGHE (B) rejoignit la CESP en 1979 et en assura la présidence de 1987 à 1988. C’est à lui que nous devons la nouvelle dénomination de la CESP (Confédération Européenne des Spécialistes en Pédiatrie). Il était en effet devenu indispensable d’élargir la fonction purement syndicale de cette association et d’être capable de pouvoir proposer un modèle européen de formation des pédiatres. Pour réaliser cet objectif il était indispensable d’intégrer des représentants des sociétés nationales de pédiatrie. C’est ainsi qu’après plusieurs années de travail, il lui a été possible de signer ce remarquable document “ Paediatric Training in EC» publié en 1990. C’est d’ailleurs cette étude qui a servi de document de base pour la mise sur pied du “ Board Européen de Pédiatrie ” durant la présidence de D. HARVEY (UK) et l’adoption de ses statuts à Saint Vincent en 1993 sous la présidence de M. DE LOURDES LEVY (P).
C’est à H. HELWIG (D) que nous devons d’avoir remanié les anciens statuts de 1972 et d’avoir fait voter en 1995 à Interlaken les nouveaux statuts de la CESP. C’est également lui qui fit évoluer l’harmonisation des vaccinations chez l’enfant, programme lancé dès1984 sous la présidence de
Après une première brochure publiée en 1987, et une mise à jour éditée en 1992, J-C. SCHAACK (L) coordonna le groupe de travail qui rédigea en 1997 la troisième version “ Harmonisation des vaccinations chez l’enfant et l’adolescent dans l’Union Européenne ”. C’est également lui qui incita à la création du groupe de travail CME chargé de la formation continue en pédiatrie.
Au cours de ces années, sous l’effet de l’élargissement de l’Union européenne à 15 pays, de la participation de l’Autriche et de la Suisse comme pays membres, et de l’augmentation progressive des pays observateurs, les structures de la CESP demandèrent à être adaptées.
C’est en 1985, à la suite du décès brutal de E. DUYCK (B) que J-C. SCHAACK (L) se vit confier le poste de secrétaire général. Dans l’intention d’améliorer la transparence des fonctions, il demanda la création d’un poste de trésorier qui fut confié à G. DE BETHUNE (B) de 1984 à 1993, puis à L. DEFLANDRE (B) de 1994 à 1998.
Pendant 15 ans, J.-C. SCHAACK (L) se dépensa pour que la CESP soit reconnue comme le porte-parole des pédiatres européens. Au cours des années il développa les relations avec les autres organisations pédiatriques européennes (UNEPSA, APEE, ESPR, ESSOP, CLUB INT. PÉD.SOCIALE, SERPA), mais surtout avec les sociétés scientifiques européennes des nouvelles spécialités pédiatriques. Il encouragea les échanges avec nos confrères chirurgiens pédiatriques et pédopsychiatres européens en les invitant aux réunions annuelles. Il participa à de nombreux congrès nationaux de pédiatrie pour contribuer à mieux faire connaître la CESP, expliquer les avantages du Board Européen de pédiatrie ou améliorer la couverture vaccinale des enfants européens par l’harmonisation des programmes. C’est également lui qui créa le groupe de travail sur la prévention des accidents chez l’enfant et qui en 1996 fut le coordinateur de l’étude EURECAAPP réalisée par la CESP avec l’aide d’experts internationaux et financé par la Commission.
R. KURZ (A) rejoignit la CESP en 1989 et profita de sa présidence en 1997-1998 pour mettre en place un groupe de travail sur l’éthique en pédiatrie. C’est lui qui coordonna les travaux qui donnèrent lieu à plusieurs publications très remarquées dans l’ Eur. J.Pediatrics.
Dès 1993, J. RAMET (B) participa activement aux travaux de la CESP. C’est avec compétence et dynamisme qu’il assura dès cette année-là la présidence du Board Européen de Pédiatrie, et que progressivement il y intégra les différents groupes de pédiatres responsables des soins primaires, secondaires ou tertiaires. C’est grâce à ses qualités d’organisateur et de rassembleur qu’il réussit l’intégration des disciplines d’organes de l’enfant dans la structure de la CESP e t la reconnaissance des spécialités pédiatriques par l’UEMS avec la création de sous-sections au sein de la CESP. En 1999 il quitta ce poste pour prendre en charge les fonctions de secrétaire général. Il contribua à renouveler les relations avec l’American Academy of Pediatrics et assura la promotion du programme Prep en Europe.
En 40 années, la CESP est devenue une grande organisation médicale européenne, mais il lui reste d’énormes progrès à accomplir pour être capable d’effectuer un travail comparable à l’American Academy of Pediatrics, c’est-à-dire devenir le porte-parole et l’avocat de l’enfant dans l’Union Européenne. Pour pouvoir se hisser à ce niveau et vouloir un jour pouvoir porter le nom de “ Académie Européenne de Pédiatrie ”, il faut qu’elle puisse disposer de moyens financiers adaptés à ses principales missions que sont la formation des pédiatres, l’excellence des soins et l’amélioration de la qualité de vie des enfants et des adolescents Européens.

Jean-Claude SCHAACK
CESP Documents: